Skip to content

de John Webster

La Duchesse d’Amalfi

lundi 5 octobre 2020
20h00
Théâtre d’Alençon
mardi 6 octobre 2020
19h30
Théâtre d’Alençon
durée : 135 minutes
Tarif : Catégorie jaune

Guillaume Séverac-Schmitz

Collectif Eudaimonia

Théâtre

Rouge sang

Après un très remarqué Richard II qui résonne encore dans nos cœurs, le metteur en scène Guillaume Séverac-Schmitz et sa troupe reviennent à la Snat61 avec un nouveau joyau de théâtre élisabéthain signé John Webster. Le cadet de Shakespeare place au centre de sa pièce le sort d’une femme qui court après sa liberté dans un monde corrompu. Moderne avant l’heure, cette perle baroque trop rarement jouée mérite le détour. La Duchesse d’Amalfi offre un concentré de drame, de sang, de désir et d’amour fou dans une langue brute et somptueuse. Nous suivons les tribulations de la Duchesse d’Amalfi, jeune et riche veuve, dont les frères interdisent le remariage. Femme soumise au masculin, l’héroïne choisit de s’opposer à sa condition et de s’émanciper. Contre l’avis de sa fratrie, elle épouse secrètement un homme qui n’est pas de son rang et engendre deux enfants. Mais c’est sans compter sur la jalousie maladive de son jumeau Ferdinand et la haine de son autre frère, cardinal et libertin notoire. Pour se réserver l’héritage, les deux complices achètent les services de l’espion Bosola qui démasque et condamne la duchesse. Critique de l’église catholique et de la domination masculine, cette pièce de chambre habitée de clair-obscur révèle les paradoxes de l’humanité. Le sublime côtoie les pires bassesses. Les désirs s’affrontent, les passions se déchaînent et la mort règne en maître. Le collectif Eudaimonia entend nous prouver que l’exigence du théâtre baroque n’est pas contradictoire avec notre plaisir de spectateur ! Sept savoureux comédiens dénouent les fils de l’intrigue et restituent avec énergie toute la tension dramatique de ce polar en huis clos. Un drame sulfureux.
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
La duchesse d’Amalfi De John Webster Mise en scène : Guillaume Séverac-Schmitz Traduction, adaptation et dramaturgie : Clément Camar-Mercier Avec : Jean Alibert, François de Brauer, Baptiste Dezerces, Lola Felouzis, Éléonore Joncquez, Thibault Perrenoud, Nicolas Pirson Scénographie : Emmanuel Clolus Création lumières : Kelig Le Bars Création musique : Benoît Lugué Création costumes : Emmanuelle Thomas Création masques : Louis Arène Régie générale et son : Yann France Régie lumière : Leo Grosperrin Régie costumes : Emmanuelle Thomas ou Catherine Lecorre Régie plateau : Antoine Datour Administration, production et diffusion : EPOC productions Emmanuelle Ossena et Charlotte Pesle-Beal – www.epoc-productions.net Chargée de production : Mathilde Ahmed Attaché de presse : Olivier Saksik – Elektronlibre Photographies : Christophe Raynaud de Lage
Production déléguée : Collectif Eudaimonia Coproduction : le Cratère – scène nationale d’Alès, les Théâtres Aix – Marseille, la MAC – Maison des Arts de Créteil, le Théâtre Montansier de Versailles, le Théâtre de Nîmes – scène conventionnée d’intérêt national – art et création – danse contemporaine, La Passerelle – scène nationale de Saint-Brieuc Avec le soutien financier de la Direction régionale des affaires culturelles Occitanie, du Conseil Régional d’Occitanie et du Conseil départemental de l’Aude Avec l’aide de la SPEDIDAM et le soutien de La Colline – Théâtre National – Paris Construction de la scénographie : Les Ateliers du Grand T – Théâtre de Loire Atlantique Guillaume Se?verac-Schmitz est artiste associé au Cratère, scène nationale d’Alès et artiste accompagné par Les Théâtres Aix-Marseille Photos : Christophe Raynaud de Lage
Affiche du spectacle