Skip to content
de Aïda Asgharzadeh mise en scène Nikola Carton
Théâtre
durée : 80 minutes
dimanche 19 décembre 2021
16:00
Mortagne
Catégorie rose

Résumé

Voici une pépite du Festival d’Avignon 2017. Nikola Carton s’empare du texte d’Aïda Asgharzadeh, également auteure de La main de Leïla accueillie récemment à la Snat61. Pour nous conter une intrigue romanesque sur la question des origines : un plateau quasiment nu, deux comédiens aux mille palettes et des changements de costumes à vue. Le dernier cèdre du Liban conte l’histoire d’une guerre entre Eva et sa mère Anna Duval, figure inspirée de la photographe-journaliste au destin tragique Camille Lepage. Après le décès d’Anna, Eva reçoit une boîte contenant quelques babioles, un dictaphone et des cassettes. La jeune fille va faire connaissance avec sa mère, reporter de guerre, et remonter le fil de sa vie. Dans la lignée du grand Michalik et à la manière du théâtre de tréteaux, Nikola Carton signe une mise en scène vive et redoutablement efficace. Quelques bruitages, des ruptures de jeu, de lumières et nous voici baladés de Beyrouth à un aéroport, de Berlin à une chambre d’hôtel. La magie opère avec une simplicité confondante. Il suffit parfois d’une histoire.
avec Magali Genoud et Azeddine Benamara / scénographie et lumière Vincent Lefevre / création sonore Chadi Chouman / costumes Clémentine Savarit
production ACME et La Compagnie L’Envers des Rêves

Bonus des anges

Le Dernier Cèdre du Liban